Offshore Safety Industry
Training Agency
AGADIR

ENSA AGADIR

Notre actualité

Maroc-Nigéria: signature de trois accords bilatéraux, dont un relatif au Gazoduc

H24info

Le roi Mohammed VI, accompagné du prince héritier moulay El Hassan et du prince Moulay Rachid, et le président nigérian, Muhammadu Buhari ont présidé à Rabat, la cérémonie de signature de trois accords de coopération bilatérale, dont un relatif au projet stratégique du Gazoduc Nigeria-Maroc.

Parmi les actions programmées, il est prévu d'affiner les estimations de couts d’investissements et d’exploitation, de finaliser l’analyse économique sur la base des volumes et des hypothèses de construction finalisés et d’entamer les discussions avec les banques internationales de développement pour tester leur disposition à financer ce projet, et de préparer les documents préliminaires.

Farouk Garba Said et Mme Amina Benkhadra ont également souligné que les deux Chefs d’Etat ont insisté sur la nécessité de tenir pleinement compte de la dimension écologique et environnementale dans les différentes étapes du Projet.

Ce projet permettra de donner à l’Afrique une nouvelle dimension économique, politique et stratégique et placera le Maroc et le Nigeria comme deux leaders de la coopération Sud-Sud au niveau du Continent africain, ont-ils assuré.

Et de conclure que compte tenu de son importance stratégique et des avantages apportés, non seulement pour le Nigeria et le Maroc, mais aussi pour les pays traversés par le Gazoduc, NNPC et ONHYM confirment leur engagement commun en vue de mener à bien ce projet.

Formation industrielle : Agadir International Training Center (AITC)

Le projet Agadir International Training Center (AITC) d’une enveloppe budgétaire estimée à 52 MDH, est situé à proximité du futur du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) d’Agadir et de la faculté de médecine et de pharmacie a déjà reçu l’acceptabilité environnementale (EIE). 

Ce centre de formation professionnelle permettra d’ériger la région Souss Massa et la ville d’Agadir en tant que destination de premier choix dans les formations du pétrole et du gaz, grâce au réseau international.

Le centre AITC  proposera des formations internationales pour les Africains et les Européens opérant dans le secteur pétrolier, principalement des formations certifiées au standard «OPITO» dans l’industrie pétrolière et gazière ainsi que «BOSIET». Les initiateurs du projet ont également prévu un programme d’entraînement aux techniques de survie et de sauvetage individuel et collectif.

Le centre de formation compte également étendre la culture HSE aux autres secteurs d’activité, notamment la pétrochimie, l’industrie, le BTP, l’agroalimentaire, mais aussi la pêche maritime. 

AITC aura un département industriel ou seront dispensées les formations CND (contrôle non destructif)  et soudure. Il s’agit essentiellement des formations techniques ISO 9712 pour la certification des agents de contrôle et ISO 9606 pour la qualification des soudeurs afin de faire face à la pénurie des soudeurs qualifiés en matière de chantier naval.

Ce projet est en parfaite adéquation avec le Plan d’accélération industrielle (PAI) pour la période 2014-2020, lancé par sa majesté en Janvier dernier. Le centre permettra ainsi d’adapter  les profils aux besoins des industriels et pour la construction navale.

Agadir International Training Center sera le plus grand centre de formation d’Afrique, et permettra ainsi de répondre aux besoins croissants en termes de formation pour la région Souss Massa, et pour le pays du Maroc et d’une manière extensive : l’Afrique dans le cadre des conventions signées par le royaume avec beaucoup de pays africains pour assurer des formations d’excellence. 

Agadir International training center sera constitué principalement de 16  salles de formation et de 04 laboratoires en plus d'une piscine semi-olympique et un simulateur d’hélico crash ainsi qu’une aire de formation lutte contre l’incendie, un bâtiment industrielle atelier soudure dernière génération, plusieurs salle de conférences, salle de projection 206 places avec un service de restauration. 
L’ouverture du centre est prévue  pour la fin de l’année 2019

LE PAI AMORCE SA DÉCLINAISON RÉGIONALE

Écrit par : Yassine SABER - Catégorie : Économie - www.leseco.ma Publication : 30 janvier 2018

Huit écosystèmes régionaux ont été lancés dans le cadre de la déclinaison régionale du Plan d’accélération industrielle (PAI) au niveau de la région Souss-Massa. Cette dernière accordera aux investisseurs une subvention  calculée sur la base de 250 DH/m² de foncier pour une superficie maximale d’1 ha.

Le Plan d’accélération industrielle (PAI) amorce une nouvelle étape. L’intégration tant attendue de l’économie régionale a été lancée, en fin de semaine, à Agadir. Et c’est le roi Mohammed VI, qui a présidé la cérémonie de présentation de cette déclinaison régionale du PAI pour la période 2014-2020 dans la région de Souss-Massa à travers la signature de huit conventions et d’un protocole d’accord pour la réalisation de plusieurs investissements industriels. De ce fait, la région Souss-Massa, qui fait partie des premières régions ayant validé leur Plan de développement régional (PDR) sera le premier territoire qui activera la déclinaison sectorielle et régionale des écosystèmes industriels. Pour ce faire, la démarche industrielle conçue pour le Souss-Massa est basée sur la consolidation de trois secteurs industriels historiques au niveau de la région, à savoir, la construction navale, l’agro-industrie et la chimie mais aussi cinq secteurs émergents, leviers d’accélération industrielle, en l’occurrence l’automobile, le cuir, les matériaux de construction, la plasturgie et l’offshoring. Au total, «le projet industriel du Souss-Massa porte l’ambition de créer 24.000 nouveaux emplois à terme, en partenariat avec les fédérations professionnelles et dont les premiers seront générés par les projets signés», souligne Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique.

Industrie navale : La région Souss-Massa bien lotie
La Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (FIMME) s’est engagée à créer 1.000 emplois au niveau de la Région Souss-Massa à travers des projets d’investissement lancés dans les activités de construction et de réparation navale. Pour ce faire, le ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique (MIICEN) s’est chargé d'appuyer les investisseurs du secteur de l’industrie navale désirant s’installer dans la Région Souss-Massa, ou ceux déjà installés dans la région conformément aux conditions et modalités prévues dans le contrat-performance pour le développement de l’écosystème «Industrie navale». Pour renforcer l’attractivité de la Région Souss-Massa, le Conseil régional accordera aux investisseurs de l’industrie navale une subvention de soutien en appui aux nouveaux projets d'investissement calculée sur la base de 250 dhs/m² de foncier pour une superficie maximale d’1 hectare. Cette subvention sera accordée après le démarrage effectif de l'activité dûment constaté par la Commission régionale de suivi. Cette subvention de soutien viendra en sus de la prime à l’investissement accordée dans le cadre du Fonds de développement industriel et des investissements (FDII). Les modalités pratiques et le fonctionnement du mécanisme d’appui (subvention de 250 DH/m²) seront arrêtés sur proposition du Conseil régional par le comité régional de suivi dans un délai de 6 mois après la signature de la convention.

Industrie pétrolière : Agadir International Training Center soude Les brèches

L'usineAfricaine le 20-04-2017

Quand  il  s’agit  de  recruter  des  profils,  une  entreprise  est toujours  très  exigeante quant aux  compétences  que  requièrent les  missions  que  ces  profils  doivent remplir.   Or,  ce  n’est  souvent  pas  le  cas  quand  ces  missions  sont liées  au  volet  de  l’hygiène,  la sécurité  et  la  santé.  Ces  volets  ne  relèvent pas  des  priorités  alors  que  le  nombre  de victimes  est  énorme.   En  effet,  selon  les  derniers  chiffres  officiels  (2011),  200  000  accidents  sont liés  au travail,  dont 2  000  accidents  mortels.  Côté  taux,  le  Maroc  a  enregistré  durant la  même année  47,8 accidents  de  travail  mortels  pour 100  000  travailleurs.  Soit le  double  de  la zone  MENA  (Middle  East  and  North  Africa)  et  16 fois  le  chiffre  enregistré  en  Finlande. Le  secteur du  BTP,  est  le  plus  concerné  en  raison  de  l’exposition  physique  des ouvriers  sur leur lieu  de  travail  (60  000  victimes  par  an  dont 20%  à  Casablanca).

Lire la suite

Mentions légales 123web.fr : Création de sites Agadir