Offshore Safety Industry
Training Agency
AGADIR

ENSA AGADIR

Notre actualité

LE PAI AMORCE SA DÉCLINAISON RÉGIONALE

Écrit par : Yassine SABER - Catégorie : Économie - www.leseco.ma Publication : 30 janvier 2018

Huit écosystèmes régionaux ont été lancés dans le cadre de la déclinaison régionale du Plan d’accélération industrielle (PAI) au niveau de la région Souss-Massa. Cette dernière accordera aux investisseurs une subvention  calculée sur la base de 250 DH/m² de foncier pour une superficie maximale d’1 ha.

Le Plan d’accélération industrielle (PAI) amorce une nouvelle étape. L’intégration tant attendue de l’économie régionale a été lancée, en fin de semaine, à Agadir. Et c’est le roi Mohammed VI, qui a présidé la cérémonie de présentation de cette déclinaison régionale du PAI pour la période 2014-2020 dans la région de Souss-Massa à travers la signature de huit conventions et d’un protocole d’accord pour la réalisation de plusieurs investissements industriels. De ce fait, la région Souss-Massa, qui fait partie des premières régions ayant validé leur Plan de développement régional (PDR) sera le premier territoire qui activera la déclinaison sectorielle et régionale des écosystèmes industriels. Pour ce faire, la démarche industrielle conçue pour le Souss-Massa est basée sur la consolidation de trois secteurs industriels historiques au niveau de la région, à savoir, la construction navale, l’agro-industrie et la chimie mais aussi cinq secteurs émergents, leviers d’accélération industrielle, en l’occurrence l’automobile, le cuir, les matériaux de construction, la plasturgie et l’offshoring. Au total, «le projet industriel du Souss-Massa porte l’ambition de créer 24.000 nouveaux emplois à terme, en partenariat avec les fédérations professionnelles et dont les premiers seront générés par les projets signés», souligne Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique.

Industrie navale : La région Souss-Massa bien lotie
La Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (FIMME) s’est engagée à créer 1.000 emplois au niveau de la Région Souss-Massa à travers des projets d’investissement lancés dans les activités de construction et de réparation navale. Pour ce faire, le ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique (MIICEN) s’est chargé d'appuyer les investisseurs du secteur de l’industrie navale désirant s’installer dans la Région Souss-Massa, ou ceux déjà installés dans la région conformément aux conditions et modalités prévues dans le contrat-performance pour le développement de l’écosystème «Industrie navale». Pour renforcer l’attractivité de la Région Souss-Massa, le Conseil régional accordera aux investisseurs de l’industrie navale une subvention de soutien en appui aux nouveaux projets d'investissement calculée sur la base de 250 dhs/m² de foncier pour une superficie maximale d’1 hectare. Cette subvention sera accordée après le démarrage effectif de l'activité dûment constaté par la Commission régionale de suivi. Cette subvention de soutien viendra en sus de la prime à l’investissement accordée dans le cadre du Fonds de développement industriel et des investissements (FDII). Les modalités pratiques et le fonctionnement du mécanisme d’appui (subvention de 250 DH/m²) seront arrêtés sur proposition du Conseil régional par le comité régional de suivi dans un délai de 6 mois après la signature de la convention.

L'usine africaine: Agadir, future destination des formations de l’industrie du pétrole et du gaz en Afrique


 

La question énergétique est au centre de l’émergence industrielle africaine. Parmi les ressources énergétiques sur lesquelles peut compter l’Afrique il y a le gaz et le pétrole. Le continent noir est une terre de l’or noir. Personne ne peut le nier. C’est pourquoi les géants pétroliers mondiaux spécialisés dans l’exploration ont réussi certaines des plus grandes découvertes de pétrole et de gaz au cours de ces dernières années. Toutefois, le continent noir reste encore sous exploité tant ses réserves en hydrocarbures sont énormes. Certes, le prix du baril est à la baisse depuis pas mal de temps, mais les investissements dans de nouvelles explorations pétrolières et la mise en place de grand projets tel que le gazoduc maroco-nigérian sont à l’ordre du jour. Cependant, pour mieux réussir ses grands chantiers dans le secteur du pétrole et du gaz, l’Afrique doit se doter des ressources humaines qualifiées. Un besoin auquel rares sont les établissements qui peuvent y répondre. À une exception près. Détour !

Lire l'article

Industrie pétrolière : Agadir International Training Center soude Les brèches

L'usineAfricaine le 20-04-2017

Quand  il  s’agit  de  recruter  des  profils,  une  entreprise  est toujours  très  exigeante quant aux  compétences  que  requièrent les  missions  que  ces  profils  doivent remplir.   Or,  ce  n’est  souvent  pas  le  cas  quand  ces  missions  sont liées  au  volet  de  l’hygiène,  la sécurité  et  la  santé.  Ces  volets  ne  relèvent pas  des  priorités  alors  que  le  nombre  de victimes  est  énorme.   En  effet,  selon  les  derniers  chiffres  officiels  (2011),  200  000  accidents  sont liés  au travail,  dont 2  000  accidents  mortels.  Côté  taux,  le  Maroc  a  enregistré  durant la  même année  47,8 accidents  de  travail  mortels  pour 100  000  travailleurs.  Soit le  double  de  la zone  MENA  (Middle  East  and  North  Africa)  et  16 fois  le  chiffre  enregistré  en  Finlande. Le  secteur du  BTP,  est  le  plus  concerné  en  raison  de  l’exposition  physique  des ouvriers  sur leur lieu  de  travail  (60  000  victimes  par  an  dont 20%  à  Casablanca).

Lire la suite

AGADIR : L’UNIVERSITÉ IBN ZOHR RENFORCE SA COOPÉRATION AVEC OSITA.

Écrit par Yassine SABER Catégorie : Régions Publication : 16 mars 2017 Affichages

Une convention a été signée entre Agadir International Training et l’Université Ibn Zohr. Les domaines de coopération couvrent les volets liés essentiellement à la diffusion de la culture de santé, d’hygiène et de sécurité dans les secteurs professionnels.

La coopération entre le centre de formation Agadir International Training et l’Université Ibn Zohr prend forme à travers la conclusion d’un partenariat paraphé ce lundi à Agadir. Par cette convention-cadre, conclue pour une période de cinq ans, les parties signataires s'associent afin de procéder au partage d’expertise autour de formations porteuses, notamment entre le centre de formation précité et l’École nationale des sciences appliquées (ENSA), mais aussi la Faculté de médecine et de pharmacie d’Agadir.

Les domaines de coopération couvrent les volets liés essentiellement à la diffusion de la culture de santé, d’hygiène et de sécurité dans les secteurs professionnels. Il s'agit aussi de procéder à des échanges de connaissances, d’enseignants et d'apprenants. «L’objectif est de proposer un module de formation decontrôle non-destructif aux élèves ingénieurs de l’ENSA afin de leur dispenser des connaissances supplémentaires par rapport à leur enseignement de licence professionnelle, en plus d’autres formation en hygiène, sécurité et environnement», explique Réda Benhlima, directeur général du centre de formation Agadir International Training. Ce dernier complétera aussi les formations théoriques par des formations pratiques de sécurité afin de développer les méthodes permettant de caractériser l’état d’intégrité de structures ou de matériaux sans les dégrader, en cours de production comme d’utilisation. S’agissant de la faculté de médecine, l’objectif est de compléter la formation des étudiants-médecins grâce à des sauveteurs-secouristes de travail dans le cadre d’un échange d’expertise sur le volet médical.

En marge de cette signature, Agadir International Training Center et son partenaire Falck Safety Services, multinationale danoise spécialisée dans les centres de formations dans les domaines du pétrole et du gaz ainsi que dans les services de secours hospitaliers, ont visité le CRI ainsi que l’Institut supérieur des pêches maritimes d’Agadir (ISPM) pour s’enquérir des formations dispensées dans le domaine maritime au niveau de la région Souss-Massa, en vue de sceller un accord de partenariat avec cette entité.

Par ailleurs, le centre, qui mobilisera un montant d’investissement de 35 MDH, sera réalisé dans le pôle de santé à Agadir, à proximité du CHU et de la faculté de médecine. Le porteur du projet attend actuellement d'obtenir l’autorisation de construire, celle-ci étant en cours d’instruction par la Commission des grands projets (CGP). En ce qui concerne l’assiette foncière, qui revêt la forme de terrain domanial, celle-ci a déjà été identifiée. C’est à la commission d’expertise que revient la mission de définir le prix du foncier dudit projet.

Mentions légales 123web.fr : Création de sites Agadir